Bleu-Blanc-Coeur

BLEU BLANC COEUR !

Retrouvez ici mon interview de Julie Laurensot, de l’association Bleu-Blanc-Coeur, une communauté qui gagne à être connue, pour notre santé et celle de la planète !

Déborah de Moncorpsauquotidien (D) : Bonjour ! Bienvenu sur moncorpsauquotidien. Aujourd’hui, j’accueille Julie Laurensot de l’association Bleu-Blanc-Coeur

Bonjour Julie, pouvez-vous vous présenter rapidement et surtout nous parler de votre rôle au sein de l’association ?

Julie de bleublancoeur (J) : Je travaille chez Bleu Blanc Coeur, je suis impliquée sur tous les projets en lien avec la nutrition et la santé humaine. Notamment la coordination opérationnelle d’études cliniques qui sont en cours, l’élaboration des cahiers des charges sur les nouvelles filières végétales. Et j’ai une activité rédactionnelle sur tout ce qui concerne les articles de nutrition. Des missions assez variées mais toujours en lien avec la nutrition.

D : Donc beaucoup de choses ! Je ne savais pas qu’il y’avait des études cliniques ?

J : Oui, en ce moment, il y a une étude clinique sur l’allaitement maternel, l’impact de l’alimentation sur les femmes enceintes, sur la composition du lait maternel, le microbiote du bébé, en lien avec le CHU de Rennes, c’est eux qui pilotent l’étude.

D : Ah c’est super ! Et donc qui a créé cette association ? Depuis quand existe-t-elle ? Pourquoi ?

J : L’association a été créée par 3 hommes :

  • Pierre Weill, ingénieur agronome
  • Bernard Schmitt, médecin endocrinologue
  • Jean-Pierre Pasquet, producteur de lait

Pierre et Jean-Pierre avaient travaillé ensemble sur la qualité de l’alimentation donnée aux animaux : ils avaient remarqué que le fait de nourrir les animaux avec plus de sources naturelles d’oméga 3 (herbe, lin, luzerne…) avait un impact positif sur la santé animale et la qualité du produit (beurre avec plus de goût et mieux tartinable). Dans les années 2000 ils ont monté avec Bernard Schmitt (médecin endocrinologue) et Philippe Legrand (chercheur spécialisé dans les lipides), une étude clinique afin de vérifier les effets de ces changements alimentaires en élevage sur l’homme. Ils n’ont pas été déçus car le profil en lipides des volontaires s’était amélioré avec 2 fois plus d’oméga 3 au bout de 3 mois de régime alimentaire et ça, simplement en prenant les mêmes produits mais avec un mode d’élevage différent ! L’association a alors été créée à la suite de cette étude clinique dans le but de promouvoir des choix agricoles mieux réfléchis pour la santé de la Terre, des animaux et des hommes.

D : C’était quand ?

J : C’était en 2000. L’association a eu 20 ans cette année !

D : Et les sources d’oméga 3 sont le lin et..?

J : Pour les ruminants, ça va être l’herbe. En fait l’herbe est très pourvue en oméga 3. En hiver on va rajouter du lin. Et pour les autres filières (porc, poulet), on fera en sorte d’ajouter des légumineuses pour avoir un apport protéique plutôt local, et en terme de lipides, ça sera du lin, de la luzerne, de la féverole… Donc vraiment des sources variées mais c’est toujours un enrichissement naturel car le végétal contient naturellement des oméga 3.

D : Cette association est promeut à travers le terme de Communauté, pourquoi ? Que cela implique-t-il ?

J : C’est bien une association ! Mais la gouvernance de l’association est originale puisque le conseil d’administration intègre des représentants aux profils très variés : éleveurs, professionnels de l’agroalimentaire et des métiers de bouche, professionnels de santé mais aussi aux consommateurs… La communauté Bleu-Blanc-Cœur a donc vu le jour il y a 2-3 ans car elle s’inscrit dans l’ADN même de l’association : nous souhaitons fédérer tous les acteurs du bien manger et faire mieux ensemble. Rejoindre la communauté Bleu-Blanc-Cœur c’est soutenir une démarche agricole et alimentaire de qualité, recevoir des informations exclusives et invitations à des évènements, accéder à des ressources documentaires sur des thématiques environnementales et nutritionnelles et contribuer à intensifier le rayonnement de Bleu-Blanc-Cœur. On a d’ailleurs lancé hier notre nouvel espace membre pour les membres de la communauté et nos adhérents, où ils pourront retrouver pas mal de contenus, des articles, des documents, des études scientifiques. Donc rejoindre la communauté Bleu-Blanc-Coeur, c’est contribuer à intensifier le rayonnement de l’association.

D : Donc j’en profite pour poser une question que je voulais poser plus tard : qui peut adhérer à l’association ?

J : Justement, tout le monde ! Au moment de l’inscription, il est demandé si vous souhaitez rejoindre la communauté en tant que consommateurs bien sûr, mais aussi éleveurs, professionnels de santé ou des métiers de bouche… Il y a des contenus pour tout le monde ! Et l’idée est que chacun peut agir selon ses envies et ses possibilités :

–             On peut juste manifester son soutien

–             Ou venir chercher des informations

–             Ou encore devenir un ambassadeur de la démarche Bleu-Blanc-Cœur en parlant de l’association à ses clients, à ses patients ou en interpellant les magasins et les cantines scolaires pour dynamiser le référencement des produits. C’est toutes ces possibilités-là et c’est ça qui fait la richesse de la communauté.

D : C’est vraiment de A à Z ! Donc le parcours de la chaine alimentaire bleu blanc cœur, c’est de ce que mange l’animal jusqu’à l’assiette ?

J : Effectivement, tous les maillons de la chaîne de consommation alimentaire peuvent adhérer à l’association : le producteur végétal, l’éleveur, le transformateur, le distributeur…

Bleu-Blanc-Cœur c’est d’abord un choix de ressources végétales d’intérêt nutritionnel, à la fois pour les animaux et pour les hommes. Le lin peut par exemple être intégré dans les rations alimentaires des animaux en hiver pour palier au manque d’oméga 3 en l’absence d’herbe ; le lin est aussi omniprésent dans les pains Bleu-Blanc-Cœur qui ont la particularité de couvrir près d’1/3 des besoins journaliers recommandés en oméga 3. Sur les nouvelles filières légume (on a lancé une première filière végétale avec l’épinard Bleu Blanc Coeur) ou miel, nous nous intéressons à la teneur en antioxydants et minéraux. L’objectif est de faire correspondre des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement à des résultats nutritionnels optimisés pour les animaux et pour les hommes.

D : Donc un 1er légume vient de sortir ?!

J : Oui ! Il y en a d’autres qui sont en projet : la mâche, qui va sortir bientôt et d’autres projets de fruits et légumes.

D : Le but est d’obtenir des produits qui sont bons et sains. Bons pour la santé, grâce aux oméga 3. Pouvez-vous nous dire un mot sur les oméga 3 ?

J : Les oméga 3 sont des régulateurs de l’inflammation. Ils agissent en compétition avec les oméga 6. Ce sont 2 types de lipides. Ils vont être impliqués dans tout ce qui est réaction anti-inflammatoire du corps et c’est particulièrement important parce qu’on a tendance à subir, du fait de nos habitudes de vie, pas mal d’inflammation qu’on dit de bas-grade. C’est ce qui va déboucher sur des maladies de civilisation (diabète, obésité…) Donc c’est important pour nous aujourd’hui de pouvoir réguler notre inflammation. C’est aussi un constituant majeur du cerveau, c’est ce qui permet que la conduction nerveuse se fasse rapidement. C’est vraiment un constituant de la paroi de toutes nos cellules. En fonction du nombre d’oméga 3 qu’on va manger, on va retrouver ces oméga 3 en plus ou moins grande quantité sur la paroi de nos cellules. C’est ça qui va apporter de la souplesse aux cellules. Et aujourd’hui, quasiment la totalité des français ne consomment pas assez d’oméga 3. Une étude ANSES montrait que 98,8% des français ne consommaient pas assez d’oméga 3… C’est important de le réfléchir aussi en équilibre avec les oméga 6 car ils ont justement des actions antagonistes. Si on mange plein d’oméga 3 et plein d’oméga 6, le ratio ne va pas bien s’équilibrer. Idéalement, il faudrait consommer 1 oméga 3 pour 4 oméga 6. Mais aujourd’hui, on est à 1/20 voire 1/30. Et comme on nourrit beaucoup les animaux avec du maïs ou du soja qui sont riches en oméga 6, on rompt un peu cet équilibre. Et donc l’équilibre Oméga 6 / Oméga 3 n’est pas optimal dans les produits animaux. 

D : Donc ça nous permet de consommer des oméga 3 à moindre coût ?

J : Effectivement, et il y en a pour tous les budgets car les produits BBC sont distribués au sein de différents canaux de distribution. On va les retrouver en GMS. De manière générale ils sont particulièrement présents chez Système U qui est le distributeur qui comprend le plus de références. Et ils ont fait le choix de développer une gamme marque-distributeur à des prix vraiment accessibles. C’est leur marque U. Notamment pour les oeufs, on va retrouver des oeufs système U bio BBC, des oeufs système U label rouge BBC, enfin voilà…

Bleu-Blanc-Cœur est aussi présent sur bien d’autres réseaux de distribution puisque l’on peut aussi retrouver des produits chez son artisan (boucher, boulanger), à la ferme en vente directe, mais aussi en restauration scolaire, d’entreprise, d’hôpital et même en restauration commercial. On a notamment 2 restaurants qui proposent du Bleu-Blanc-Cœur au menu tous les jours sur Rennes. C’est pour ça que BBC est une démarche accessible à tous. On peut retrouver à la fois du bio BBC, qui va être un petit peu plus cher, mais aussi en marque distributeur, en produits fermiers…

D : Je n’avais pas vu qu’il y avait du bio et du non bio…

J : Les produits sur lesquels on va retrouver du bio, ce sont les oeufs.

D : Et l’association respecte aussi la santé des animaux, comment ?

J : On intervient vraiment au niveau de l’alimentation de l’animal. On s’est rendus compte qu’en nourrissant mieux les animaux, ils étaient en meilleure santé, avec une réduction des interventions vétérinaires et de prises d’antibiotiques. On a relevé une diminution de la fréquence de la survenue de mammites, qui sont des maladies assez fréquentes en production laitière. Et on remarqué aussi qu’il y avait une réduction de la mortalité des porcelets dans la filière porcine.

D : Et comment sait-on si le boulanger a des produits BBC ? 

J : Les chaînes de boulangeries Festival proposent 2 références de pain. Et à titre individuel, n’importe quel artisan boulanger peut faire le choix de proposer des produits BBC. Si vous voyez un petit écriteau BBC, c’est qu’il y a des produits BBC ! Donc ne pas hésiter à lui demander ce qu’il propose comme pain.

D : Je vais un peu partout, chez Franprix, Carrefour… mais je ne trouve pas forcément les produits BBC très facilement…

J : Effectivement, comme je le disais, on n’a pas forcément beaucoup de références dans chaque magasin. On est présent sur le marché dans plein d’enseignes mais on n’aura pas forcément beaucoup de références dans chacune d’elle. Donc aujourd’hui, malheureusement, c’est un jeu de courses de trouver des petites références à droite à gauche. C’est en train d’évoluer, on est train de réfléchir à la possibilité de commander des paniers Drive BBC. L’idée serait de mutualiser les produits de différents producteurs et de proposer à la commande, en relais colis, des produits. C’est en cours de projet. Et pour savoir où trouver les produits BBC autour de soi, le plus simple est de regarder sur notre site internet produits.bleu-blanc-cœur.org et de rentrer sa localité ou le produit recherché. Les produits y sont référencés par points de vente. Ça dépend beaucoup des informations que nous communiquent nos adhérents, c’est eux qui s’occupent de commercialiser leurs produits. On essaye donc de récupérer toutes les informations possibles et de les mettre à disposition sur cette page produit BBC.

D : Vous n’aviez pas une application ?

J : On a aussi une application mobile effectivement, mais ce qui est le plus performant pour chercher le produit aujourd’hui, c’est le site internet car l’application est en cours de refonte. Mais n’hésitez pas à télécharger l’application qui sera mise à jour prochainement.

D : Ce qu’on a retenu c’est qu’il faut manger des oméga 3 pour être en bonne santé et que les produits BBC sont un bon moyen pour en consommer !

Merci Julie 🙂

J’espère avoir réussi à vous sensibiliser sur le fait de bien s’alimenter ! Les produits BBC sont une véritable aubaine pour prendre soin de soi ET de la planète. Je compte sur vous pour adhérer à cette incroyable communauté et aider à promouvoir leur association, en achetant leur produit, en en parlant autour de vous… Aller, dites-moi en commentaire que vous êtes allés jeté un oeil sur leur site !

Si vous aimez, partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Café : pour ou contre ?

Le Café : pour ou contre ?

Boire du café : pour ou contre ? Bon ou mauvais ? Ce dialogue entre Pouka et Conka va nous éclairer un peu sur la question, études à l’appui ! 

Je vous présente donc Pouka et Conka, 2 jeunes femmes qui ont des habitudes de vie très différentes. 

Par exemple, Pouka est une adepte du café bien noir, sans sucre, et en consomme 2 à 3 tasses par jour. Quant à Conka, elle n’aime plus le café, elle va nous expliquer pourquoi.

Continue reading “Le Café : pour ou contre ?”
Si vous aimez, partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Huile de poissons

Stress, anxiété et oméga 3

Tu fais du sport, tu pratiques la méditation, tu dors suffisamment mais rien n’y fait… Tu es hypersensible, un rien t’agace, tu n’arrives pas à prendre du recul… Et si ça se jouait dans l’assiette ? Regardons un peu de plus près le lien entre stress, anxiété et oméga 3.

Nous allons débriefer sur ces nutriments essentiels aux incroyables vertus, puis voir comment bien les utiliser.

Continue reading “Stress, anxiété et oméga 3”
Si vous aimez, partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
    1
    Partage

Comment organiser ses repas en été ?

Comment se faire plaisir pendant l’été, tout en mangeant sainement et de saison ? Entre les apéros prolongés et les goûters glacés avec les enfants, pas facile de résister aux multiples tentations ! Pourtant, il faut comme toujours continuer à bien s’alimenter pour revenir en forme à la rentrée. Et l’été est une saison propice aux bonnes salades de légumes et de fruits, qui peuvent être, elles aussi, gourmandes et surtout assurent à l’organisme des apports nutritionnels variés.

Cuisiner en été, Image par Heike Georg de Pixabay
Cuisiner en été, Image par Heike Georg de Pixabay

Je t’invite à lire ici mon article invité par Fourmily, “Comment organiser ses repas en été” , cette entreprise qui agit pour le bien-être familial et dont je t’ai déjà parlé.

Bonne lecture !

Si vous aimez, partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Sucre : attention danger !

STOP AU SUCRE : le bilan !

Ça y’est, les 30 jours sont passés, Stop au sucre est terminé, c’est l’heure du bilan ! J’ai tenté de supprimer le sucre, celui au goût sucré et les sucres cachés de mon alimentation ! « Mais qu’est-ce qu’elle raconte ?? » Mais si, tu sais, le sucre des gâteaux et le sucre de la baguette (pour la faire courte). Alors, comment ai-je vécu ces jours-là ? Difficile ? Mes ressentis ? Je te dis tout dans cet article !

Continue reading “STOP AU SUCRE : le bilan !”
Si vous aimez, partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Recette gourmande sans sucre ajouté #2, et mon insuline alors ?

Dans le cadre de mon défi sans sucre pendant 30 jours, je vais te donner quelques info sur l’insuline et te proposer une délicieuse recette sans sucre ajouté à base de banane 🙂

Banane, Photo by Louis Hansel @shotsoflouis on Unsplash

Comme prévu, voici une 2ème recette sans sucre ajouté, à base de banane cette fois-ci. Et je vais en profiter pour te donner quelques informations sur l’insuline, le chef d’orchestre de la régulation de la glycémie.

Continue reading “Recette gourmande sans sucre ajouté #2, et mon insuline alors ?”
Si vous aimez, partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Rituel

Mon rituel quotidien préféré pour garder la forme

Cet article fait parti de l‘évènement interblogueur que j’ai eu le plaisir d’organiser ce mois-ci.

Quel rituel ai-je mis en place pour garder la forme au quotidien ? Comment prendre soin de soi et tenir le cap, jour après jour ?

J’ai plusieurs petites habitudes qui peuvent paraître anecdotiques mais qui me permettent de prendre soin de mon corps. Et parce qu’elles sont quotidiennes et qu’elles me font du bien, ces habitudes sont devenues des rituels.

Continue reading “Mon rituel quotidien préféré pour garder la forme”
Si vous aimez, partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Toast salé

Mon petit-déjeuner plein d’énergie : le TOAST SALÉ

C’est les fêtes, craquage total sur l’alimentation, adieu vitamines et minéraux, bonjour graisses et sucres en tout genre… Pas grave, l’important est de savoir que ça n’est que temporaire. Vous pouvez quand même apporter de bons nutriments à votre petit corps quelque peu maltraité durant ces jours de festivité. Voici mon conseil pour un petit déjeuner plein d’énergie et de calories utiles.

Lire la suite
Si vous aimez, partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le pouvoir du Microbiote

Je vous ai concocté ici le résumé d’un livret issu d’une campagne d’information nationale sur le pouvoir des microbiotes, “Ma santé passe par mes microbiotes“, initiée par le laboratoire Pileje en partenariat avec l’AP-HP. Pas d’action dans ce laboratoire mais j’ai trouvé leur livret très instructif, accessible et complet ! Vous comprendrez ainsi quel est le rôle majeur du microbiote sur notre santé.

LIRE LA SUITE
Si vous aimez, partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Légumes

Recommandations nutritionnelles : que manger ?

Qu’est-ce que la nutrition ? Il s’agit de la manière dont le corps transforme les aliments pour assurer son bon fonctionnement. Est-il capable, d’une part, de transformer de manière optimale les aliments que vous lui donnez (votre organisme a-t-il un bon métabolisme ?) ? D’autre part, il s’agit de savoir comment choisir nos aliments. Nous allons voir ici quelles sont les recommandations en matière de nutrition pour prendre soin de son corps.

Santé publique et nutrition

C’est devenu aujourd’hui une des préoccupations de santé publique car nous comprenons de plus en plus à quel point l’alimentation est garante de bonne santé.

Les problèmes de santé liés à de mauvaises habitudes alimentaires devancent même ceux responsables du tabac…!

Habitudes de consommation

Nos habitudes de consommation en matière de nutrition ont considérablement changé, nous mangeons de plus en plus à l’extérieur, ce qui limite le contrôle sur nos choix alimentaires, nous sommes de plus en plus stressés et nous consommons de plus en plus de produits transformés, faute de temps…

A tel point que pour la première fois, l’Assemblée Nationale créée une “commission d’enquête sur l’alimentation industrielle : qualité nutritionnelle, rôle dans l’émergence de pathologies chroniques, impact social et environnemental de sa provenance” visible ici : http://www2.assemblee-nationale.fr/15/autres-commissions/commissions-d-enquete/commission-d-enquete-sur-l-alimentation-industrielle/(block)/49911.

Paradoxalement, nous consommons plus de produits frais, moins de viande et plus de légumes. Alors, comment s’y retrouver ?? Il faut en fait tenir compte de la qualité nutritionnelle de vos aliments, mais aussi des risques de contamination, comme la présence de métaux lourds dans les poissons.

Alimentation santé

Il existe maintenant, selon l’ANSES (L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), de nouvelles recommandations nutritionnelles garantes d’une alimentation santé comme :

Au moins 5 fruits et légumes par jour (1 portion de fruit = 80-100g) mais pas plus d’un verre de jus de fruit / jour
1 poignée de fruits à coque sans sel ajouté (noix de cajou, amandes…)
Au moins 2 fois / semaine des légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots.. celles-ci pouvant être des substituts aux volailles)
Produits céréaliers complets ou peu raffinés tous les jours
2 produits laitiers / jour (1 portion = 150 mL de lait, 125g de yaourt, 30g de fromage)
EAU à volonté !
Poissons et fruits de mer 2 fois / semaine
Limiter la viande rouge et privilégier la volaille (se limiter à 500g de viande rouge / semaine)
Limiter la consommation de charcuteries, produits sucrés, soda et sel (se limiter à 150g de charcuteries / semaine, privilégier le jambon blanc)
Éviter les consommations excessives de matières grasses ajoutées
Limiter les cuissons à haute température (oust chips et frites !!)
Alimentation santé

Vitamine D

Vitamine D
Glass jar full of vitamin D capsules and label that reads ‘Vitamin D’

Il est maintenant confirmé l’existence d’un déficit majeur en vitamine D sur la majeure partie de la population (à moins de passer 30 min par jour au soleil dans son jardin jambes et bras nus, ça va être compliqué de synthétiser cette fameuse vitamine !), le mieux serait donc de se sustenter pour pallier à ce déficit.

Produits laitiers

bottle container cream creamy
Yaourt

Quant à la consommation de produits laitiers, elle ne serait plus en lien avec la diminution du risque de fracture chez les personnes âgées comme on le pensait avant. Mais ce ne sont pas des aliments à diaboliser, encore faut-il choisir un produit de qualité…

Qualité nutritionnelle

Ce qui est inquiétant, c’est que même en suivant ces recommandations, vous courrez le risque d’être dénutris car il y a, ces dernières années, une forte diminution de la qualité nutritionnelle des aliments. Pour vous donner un exemple, les bananes ont perdus 95% de leur valeur nutritionnelle en vitamine B6 entre 1985 et 2002.

C’est là tout l’intérêt de la consommation de produits bio.

Manger Bio

Bio
Bio, Photo by Fuzzy Rescue on Pexels.com

Eh oui, c’est maintenant avéré et prouvé, une étude publiée dans le journal anglais Environmental Health le 27 octobre 2017 que vous pouvez consulter ici https://ehjournal.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12940-017-0315-4 montre les bienfaits du bio sur la santé et, a contrario, les effets néfastes de l’agriculture riche en pesticides, notamment sur le développement cognitif de l’enfant.

Parmi ces bienfaits, on retrouve une réduction des risques de maladies allergiques, de surpoids et d’obésité, une diminution de la résistance aux antibiotiques (versus une utilisation intensive en agriculture conventionnelle). On retrouve également une teneur plus élevée en oméga-3 dans la viande et les produits laitiers issus de l’agriculture biologique, ainsi qu’une meilleure teneur en phénols dans les fruits et légumes.

white and green medication pills on gray surface
Oméga 3, Photo by ready made on Pexels.com

Consommer 50% de produits bio limite de 25% le risque d’avoir un cancer

Il faut donc comprendre que l’on retrouve dans chaque type d’aliment les nutriments nécessaires au bon fonctionnement de notre organisme. 

Quel “régime” ?

On table maintenant beaucoup sur les synergies alimentaires comme le régime méditerranéen (associant fruits frais, légumes, poissons, légumineuses, viandes blanches, fruits à coque, huile d’olive et diminution des sodas, de la viande rouge et des produits sucrés) qui entraîne une diminution significative des maladies cardio-vasculaires et du diabète.

Sachez que nous ne pouvons pas modifier notre patrimoine génétique mais que nous pouvons en modifier l’expression ! Ce que nous mangeons module la façon dont s’exprime nos gènes, incroyable non ?! Il n’y a rien d’inéluctable !

L’alimentation permet de faire le lien entre tous nos organes et de maintenir ce fameux équilibre tant recherché, garant de notre bonne santé, l’homéostasie.

cerveau et nutrition

Ce que vous mangez influe sur votre cerveau. Les récentes recherches mettent l’accent sur ce fameux axe intestin-cerveau dont vous avez sûrement entendu parler. Certains aliments provoquent des neuro-inflammations. Tout ce qui aura tendance à être pro-inflammatoire le sera pour votre ventre Et votre cerveau. Le top de l’inflammation, c’est le sucre

Sucre : attention danger !
Sucre : attention danger !

Alors, il faut tout de même continuer à se faire plaisir et à ne pas avoir peur des aliments. Mais prendre conscience de l’importance de ce qu’il y a dans notre assiette pour être mieux au quotidien et mieux à l’avenir. Car n’oublions pas que nous vivons de plus en plus vieux et qu’il serait plus que souhaitable de le faire dans les meilleures conditions possibles !

Résumons

En résumé, la modification de nos habitudes alimentaires associée à la diminution de la qualité et de la quantité nutritionnelles de nos aliments peuvent être néfastes.

Cela peut conduire à la survenue de diverses pathologies comme la dysbiose (déséquilibre de la flore intestinale susceptible de favoriser la dysimmunité, le syndrome dépressif ou des difficultés de conception) et l’hyperperméabilité intestinale (quand l’intestin laisse passer des éléments toxiques dans la circulation sanguine), l’inflammation, le stress oxydant (source de la production de radicaux libres toxiques pour l’organisme) ou les troubles métaboliques, faisant le lit de pathologies chroniques lourdes évoluant insidieusement.

Prêts à bien manger ? Quelles sont vos habitudes alimentaires ? Bio ou Mac Do ?? Dites-le moi en commentaires !

Si vous aimez, partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •