Rien à foutre (je respire)

Voilà, petit coup de gueule sur la dictature du bonheur à laquelle moi aussi j’ai participé. Il faut aller bien, il faut sourire, il faut viser le bonheur à tout prix, être mince, sportive, performante… Je n’ai pas visé tout ça, mais l’oppression n’était jamais très loin… Je crois qu’il faut juste se foutre la paix. Ne pas sombrer, ne pas rester dans le noir, mais être dans la vie, dans le mouvement de la vie et RESPIRER ! Chercher à corriger ce qui nous pourrit la vie oui, mais ne pas chercher à ressembler à tous ces comptes Instagram avec des couleurs parfaites qui nous montrent combien leur vie est merveilleuse.

Fini les soutifs

No Bra

Rien à voir, mais je ne mets plus de soutien-gorge ! Ça c’est la libération ! Disposer de son corps comme on le souhaite et pas comme il faudrait le faire. Certes encouragée par quelques comptes Instagram de nanas bienveillantes (contradiction bonjour), par ma copine blogueuse Carole du blog 28joursdelaviedunefemme et surtout de ma propre initiative ! Donc rien à foutre messieurs si vous percevez le bout de mes tétons, vous n’avez qu’à regarder les vôtres. C’était la minute féministe.

Neurones miroirs

Miroir, Photo de Tasha Kamrowski provenant de Pexels

Ce sont ces foutus neurones miroirs qui nous poussent à vouloir ressembler à celle-ci ou à celle-là… “Le désir mimétique ou la contagion émotionnelle. Le cerveau peut être traître. Il aime ressemblé à ce qu’il a en face de lui. Alors pour cela, je préconise diète des réseaux sociaux, confiance en soi, estime de soi.

Rien à foutre de faire mieux ou moins bien, l’essentiel est de faire à son goût, à son image, à son idée, à ce qu’on pense être juste et beau.

Arrêtons de nous comparer nom d’une pipe (j’aime bien cette vieille expression qui me permet d’éviter la vulgarité). Facile à dire vous me direz, le premier pas selon moi est de réintégrer son corps. Comment ? Continuez à me lire, ça vient.

Au fond du trou


Trou noir, Photo de Jakub Novacek provenant de Pexels

Après, si vous voulez rester au fond du trou, restez-y. Rien à foutre. Mais prenez vos responsabilités et ne venez pas vous plaindre. « Oui mais il m’a dit ça, il est méchant » Ok, il est méchant et alors ? À toi de poser tes limites et à ne pas te laisser écrabouiller. Ouhla, je suis un peu dure… Mais je sais de quoi je parle. J’ai trop longtemps accusé les autres de ne pas être comme ci, d’être trop comme ça… Ça sert à rien. C’est de la complaisance, c’est tout. Ça ne règle aucun problème. Ça a plutôt tendance à les nourrir, nos problèmes. Chacun prend ses responsabilités. Il est « méchant » ? Ok, je note. Dommage pour lui.

C’est quoi le rapport avec ton blog ?

C’est quoi le rapport avec Mon corps Au Quotidien ? Et bien justement. Prendre sa place, s’ancrer (encore trop nébuleux ?), occuper son corps, l’investir, l’habiter, être sensible à ce qu’il nous dit, à ce qu’il nous chuchote parfois. Il y a un exercice tout simple que j’aime bien et que je vous recommande de faire : la respiration. Je vous ai déjà fait un article sur la cohérence cardiaque. C’est une méthode de respiration bien spécifique.

Mais cette fois-ci, je vous invite à simplement respirer. Vous y pensez ? Si vous arrêtez, que se passe-t-il ? Je ne sais que trop bien ce qu’il se passe quand on ne peut plus respirer normalement. Vous avez déjà dû avoir le nez bouché, cela a déjà dû vous arriver. C’est chiant hein ? De devoir respirer comme un con la bouche ouverte (pardon pour la vulgarité… aller je me fouette un peu parce que la vulgarité, c’est mal).

Plus sérieusement, vous vous rendez compte que rester plus d’une minute sans respirer est impossible (à part pour notre ami du Grand Bleu, mais bon, ça s’est quand même pas très bien terminé…) ? Quand vous êtes stressé(e), tendu(e), uniquement dans le mental, votre corps est oublié, des tensions apparaissent, vous respirez de manière automatique, certes, mais dans des touts petits volumes. Remettre de l’espace dans nos poumons, c’est remettre du mouvement à l’intérieur de soi. Non ce n’est pas ésotérique mais simplement mécanique.

Le mouvement respiratoire

Mouvement respiratoire, Photo de Jakub Novacek provenant de Pexels

Quand vous inspirez, le diaphragme se contracte et pousse la masse viscérale vers le bas, votre ventre se gonfle naturellement, les côtes s’écartent pour laisser les poumons se remplir. Le ventre n’est plus plat non, en même temps c’est pas trop le but de la vie ? Si ? Ah… On s’est trompé d’objectif, mince !

Puis quand vous soufflez, le diaphragme se relâche, le ventre se relâche également, tout cela se fait de manière passive si vous n’engagez pas le travail des abdominaux.

Et c’est là que le mouvement s’établit, par une succession d’inspirations et d’expirations. Et là vous entrez dans la vie. Ce n’est pas grand chose hein ? Mais c’est lourd de conséquences.

Je respire, je prends ma place

Respirer c’est reprendre sa place, investir son corps, laisser son cerveau se reposer, c’est le 1er pas vers la conscience de soi. « La conscience de soi », tu vas pas nous lâcher avec tes concepts new age babacool de développement personnel. Bah non, c’est bien de prendre conscience de soi et de ne pas être en pilote automatique, à se dire qu’on devrait faire ci ou ça parce que l’autre, elle fait comme ça et qu’elle est mieux que moi. Rien à foutre justement, je prends place que ça te plaise ou non. Alors je respire ! Je prends 5 minutes pour me poser et je respire nom d’une pipe (sacrée pipe !) ! Parce que mon corps est unique, avec ses qualités et ses défauts, et que ça te plaise ou non, il est là et il respire ! Et il prend plein de place.

Attention cependant, le but n’est pas non plus d’avoir le plus gros ventre possible pour se révolter contre l’idée du ventre plat, le but est de laisser la vie se faire dans votre ventre, dans vos viscères et même de protéger votre périnée !

Et si je ne respire pas ?

Sensation d’oppression thoracique ? Sensation de boule dans le sternum ? Douleur à la respiration ou respiration courte ? Toutes ces sensations sont symptomatiques d’un état de stress et travailler sur le diaphragme peut vous soulager. Vous pourrez ainsi mieux respirer et FAIRE vos exercices de respiration.

Alors je le redis, rien à foutre mais je respire !

Est-ce qu’une vidéo sur « comment détendre son diaphragme ? » vous intéresserait ? Si oui, dites-le moi dans les commentaires. Aller, j’ai besoin de vous pour me motiver !

Sources :
http://phoniatriestrasbourg.free.fr/Site_6/Le_diaphragme.html

Si vous aimez, partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Published by

2 thoughts on “Rien à foutre (je respire)

  1. Ouiiiiiiiii!
    Déborah j’adore le ton de cet article ! Il pète il est plein d’énergie, il est génialissime.
    Presque jalouse de ne pas encore oser 😉
    Un grand merci pour le clin d’oeil MLN (Mouvement de libération des nénés).

    Yess ! Déborah vraiment c’est GE-NI-AL.
    Bravo à toi !

  2. Ahah ! Je savais que ça te plairait ce genre d’article ! Merci pour ton énergie !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *