Le pouvoir du Microbiote

Je vous ai concocté ici le résumé d’un livret issu d’une campagne d’information nationale sur le pouvoir des microbiotes, “Ma santé passe par mes microbiotes”, initiée par le laboratoire Pileje en partenariat avec l’AP-HP. Pas d’action dans ce laboratoire mais j’ai trouvé leur livret très instructif, accessible et complet ! Vous comprendrez ainsi quel est le rôle majeur du microbiote sur notre santé.

  • Qu’est-ce que le microbiote ?

Le microbiote correspond à l’ensemble de micro-organismes comme les bactéries, champignons, levures mais aussi virus qui vivent dans un écosystème donné dans un secteur défini.

Chez l’humain, on définit le microbiote vaginal, le microbiote mammaire, le microbiote pulmonaire, le microbiote de la sphère ORL, le microbiote cutané ou encore le microbiote intestinal qui est aujourd’hui le plus étudié.

Chacun à son propre microbiote et l’on pourrait dire que le microbiote est comme la carte d’identité d’un individu. L’enjeu actuel des chercheurs est de pouvoir identifier quel ensemble de bactéries peut prédisposer à certaines maladies.

Il faut savoir que l’organisme humain est composé à 90% de bactéries. Ce sont ces bactéries qui composent les microbiotes qui conditionnent l’immunité pour toute la vie.

  • Plusieurs paramètres influencent la composition en bactéries du microbiote :

– la durée de la grossesse ;

– le mode d’accouchement ;

– l’allaitement ;

– les facteurs génétiques ;

– l’environnement (pollution, pesticides) ;

– l’hygiène de vie (tabac, alcool, stress) ;

– l’alimentation ;

– la prise de certains médicaments (antibiotiques, antiacides) ;

– l’âge (on distingue 3 phases : l’enfance, l’âge adulte, le vieillissement).

Nous pouvons donc constater que nous avons le pouvoir d’agir sur certains facteurs pour influencer notre microbiote : limiter les excès nocifs pour la santé (tabac, alcool, sucre, graisses saturées), limiter le stress, avoir une alimentation équilibrée. Vous pouvez lire ici mes conseils pour une alimentation saine.

  • Le microbiote intestinal

Le microbiote intestinal est aujourd’hui considéré comme un organisme supplémentaire du corps humain et représente près de 2 kg de la masse corporelle ! Ces 2 kg de micro-organismes protègent l’organisme par leur rôle fondamental dans le développement et la régulation du système immunitaire. 60 à 70% des cellules immunitaires sont situées dans l’intestin. Pour bien fonctionner le système immunitaire collabore étroitement avec le microbiote intestinal. Celui-ci permet donc de protéger l’organisme contre les agents pathogènes. Il aide également à la dégradation des toxines et synthétise des vitamines essentielles.

On parle bien de carte d’identité du microbiote car seul un tiers des bactéries est commun entre individus. À chacun(e) son microbiote !

  • Les particularités du microbiote intestinal chez le nouveau-né et la personne âgée :

Lors de l’accouchement, les conditions d’hygiène de plus en plus strictes des pays industrialisés seraient responsables de l’augmentation des allergies et des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin. Ceci serait la conséquence d’un retard de colonisation par les bactéries maternelles au profit des bactéries de l’environnement.

L’arrivée de la soixantaine marque le début d’un nouveau cycle de maturation.

Plusieurs éléments influencent directement la composition du microbiote intestinal :

– L’évolution des habitudes alimentaires (diminution de la diversité des aliments et de certaines catégories de produits).

– Les modifications de la physiologie digestive au fil des années.

– La baisse d’activité physique ou l’inactivité.

– L’augmentation de la consommation de médicaments (antibiotiques, laxatifs, inhibiteurs de la pompe à protons…).

– Le déclin du système immunitaire avec l’âge.

  • Attention dysbiose !

La dysbiose est un déséquilibre de cet écosystème fragile qui peut être dû à des perturbations passagères, infections, allergies ou pathologies plus graves. Elle est associée à un nombre grandissant de pathologies telles que le syndrome de l’intestin irritable, l’allergie, l’obésité, les maladies métaboliques, le diabète de type 2 ou encore certaines maladies neurologiques.

Il est essentiel de comprendre qu’un déséquilibre du microbiote intestinal fragilise votre système immunitaire et vous fait tomber malade plus facilement. En état de dysbiose, la muqueuse intestinale ne joue plus son rôle de filtre, elle laisse passer des éléments inopportuns néfastes pour votre santé et peut provoquer : intestin irritable, douleurs ostéo-musculaires, allergies (cutanées, respiratoires), certaines maladies auto-immunes (polyarthrite rhumatoïde, lupus, sclérose en plaques…), fibromyalgie, syndrome de fatigue chronique, maladies métaboliques (obésité, diabète), stress, anxiété, dépression, maladie de Crohn, recto-colite hémorragique, maladies neuro-dégénératives (Parkinson, Alzheimer), autisme.

  • L’axe intestin cerveau : une interaction permanente entre système nerveux central et tube digestif

Après des années de croyance en un système nerveux central hermétique à toute influence extérieure, les chercheurs ont constaté que stimuli extrinsèques (environnement, exercice, relations sociales, etc…) et intrinsèques (interdépendance des systèmes et des métabolismes) sont déterminants sur le développement et la plasticité du cerveau. Aujourd’hui, l’influence directe des microbiotes, notamment du microbiote intestinal sur des pathologies neurologiques n’est plus à prouver.

95% de la sérotonine est produite au niveau de l’intestin ! En effet, votre intestin est aussi intelligent que le cerveau d’un chien ou d’un chat car il contient, comme eux, 200 millions de neurones ! Ces neurones interagissent en permanence avec le cerveau. L’un est informé de l’état de l’autre et inversement.

“Avoir le ventre noué” “des papillons dans le ventre”, “Se mettre la rate au court-bouillon”, “Se faire de la bile”… Toutes ces expressions populaires montrent bien le lien étroit entre ventre et émotion, bien avant la réalité scientifique !

Une expérience de Stephen M. Collins, professeur chercheur à l’université McMaster au Canada sur des souris, prouve que le microbiote intestinal influence le fonctionnement cérébral. 

Le microbiote intestinal de souris calmes a été implanté dans des souris agressives : les souris agressives sont devenus calmes. Le microbiote intestinal de souris agressives a été implanté dans des souris calmes : les souris calmes sont devenus agressives.

  • Comment agir sur la dysbiose ?

Si vous êtes sujet à des diarrhées, de la constipation, une alternance de diarrhées/constipation ou à des ballonnements de façon chronique, vous êtes certainement en dysbiose. Pour améliorer cet inconfort et votre santé, la prise de prébiotiques et probiotiques s’avère nécessaire.

– les probiotiques : ce sont des bactéries qui colonisent l’intestin. On peut les retrouver dans les aliments préparés par fermentation bactérienne. Comme le yahourt, le kéfir, les choux fermentés, la choucroute, les cornichons, le kimchi, le miso…

– les prébiotiques : ce sont la nourriture des bactéries qui composent le microbiote intestinal, ils lui permettent de proliférer. On les retrouve dans le poireau, l’asperge, le salsifis, le riz, l’avoine, la banane, l’oignon, l’ail, le coeur d’artichaut.

Dans un autre article, nous étudierons d’un peu plus près ces prébiotiques et probiotiques.

Ainsi, vous pouvez donc constater quels liens précieux existent entre votre hygiène de vie, votre alimentation et même vos relations sociales et votre santé.

À la vôtre !

https://www.pileje.fr/actualites/ma-sante-passe-par-mes-microbiotes-continue-en-ligne

Si vous aimez, partagez-le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Published by

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *